ACCUEIL NOUVEAUTES

 ... Prochaine réunion, lundi 02 octobre

COMITE DU 12 juin 2017

SOMMAIRE


ELLE VOULAIT JUSTE MARCHER TOUT DROIT
Auteur: Sarah Barukh

ARTICLE 353 DU CODE PENAL
Auteur: Tanguy Viel

UN PAQUEBEAU DANS LES ARBRES
Auteur: Valentine Goby.

PAR AMOUR
Auteur: Tong Cuong

TROIS SAISONS D’ORAGE
Auteur: Cécile Coulon

ROMAIN GARY S’EN VA EN GUERRE
Auteur: Laurent Seksik

CELLE QUI FUIT, CELLE QUI RESTE
Auteur: Elena Ferrante

AINSI RESONNE L’ECHO INFINI DES MONTAGNES
Auteur: Khaled Hosseini

QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE THOMAS KUSAR
Auteur: Antoine Choplin

DANSER AU BORD DE L’ABÎME
Auteur: Grégoire Delacourt

DANS LA FORET
Auteur: Jean Hegland

LE NOEL DU COMMISSAIRE RICCIARDI
Auteur: Maurizio de Giovanni

JE M’APPELLE NATHAN LUCIUS
Auteur: Mark Winkler

LA VALSE DES ARBRES ET DU CIEL
Auteur: Jean-Michel Guenassia

TA DEUXIEME VIE COMMENCE LORSQUE TU COMPRENDS QUE TU N'EN AS QU’UNE
Auteur: Raphaëlle Giordano

 

ELLE VOULAIT JUSTE MARCHER TOUT DROIT –

Sarah Barukh

Résumé : 1943, Alice a été confiée à Jeanne, pour qu’elle soit à l’abri et parce que Diane sa mère ne pouvait pas s’en occuper. Alice a été aimée mais depuis toujours elle cherche à savoir qui est sa mère et pourquoi elle a été confiée à Jeanne … Toutes ces questions restent sans réponse, mais elle reste persuadée que sa mère reviendra la chercher. C’est à l’âge de 8 ans, que le miracle tant attendu se produit. Au lieu d’une Maman jeune et belle comme Jeanne la lui a décrite, elle retrouve presque une vieille dame, décharnée, absente, un peu rude …et avec de gros chiffres tatoués sur l’avant-bras. Elle ne comprend pas mais doit partir à Paris avec cette inconnue. Elle va vivre avec elle les privations, la faim, la saleté, puis la maladie et surtout ce qu’elle prend pour de l’indifférence. Quand Diane doit être hospitalisée elle est « expédiée » à New York chez son père, très riche, mais qui ne l’accueille pas avec plus de chaleur. Elle fait aussi la connaissance d'un oncle, aveugle, très revêche et bougon, mais qu’elle finira par amadouer … au point de le persuader de tenter ensemble l’aventure du retour à Paris dans l’espoir de retrouver Diane. La retrouveront ils vivante ? Alice aura-t-elle une réponse à toutes ses questions ?
Intérêt : Un beau roman, plein de douleur mais aussi de force de vie, d’espoir et de générosité. Une belle étude des personnages. De la subtilité, même si ce n’est pas toujours réaliste. On passe un très bon moment

ARTICLE 353 DU CODE PENAL

Tanguy Viel

Résumé : Un jour d’une vie ordinaire, Martial Kermeur, ancien ouvrier des chantiers navals, se retrouve arrêté, menotté, présenté au Juge. A celui-ci, il doit expliquer pourquoi, le matin même, il a jeté à la mer le promoteur, Antoine Lazenec. Il doit tout lui dire, « depuis le début ». Comme sur le divan d’un psychanalyste, il se livre, sans concessions ; il raconte tout le parcours d’une vie d’échecs successifs : fermeture du chantier, abandon de sa femme, relation difficile avec son fils Erwan adolescent, débordante d’un amour qu’il ne sait pas dire, abus de confiance. Le promoteur Lazenec a cerné l’homme qu’il est, l’a séduit par de belles promesses : il a investi la totalité de son indemnité dans un projet immobilier sans lendemain.
Intérêt : Un huis clos saisissant entre deux hommes de bonne foi. Un grand livre, une écriture simple mais imagée, riche en émotions, une vraie leçon de vie. Il n’y a pas d’action à proprement parler et pourtant un suspense rare tient le lecteur en haleine jusqu’au coup de théâtre final, la lecture de l’article 353 du code pénal. L’étude psychologique du pauvre Martial, floué par un escroc sans vergogne, est remarquable.

UN PAQUEBEAU DANS LES ARBRES

Valentine Goby.

Résumé : Revisitant les ruines de ce qui fût le sanatorium d’Aincourt, îlots de soins et d’exil pour les tuberculeux, modèle des années 1930 « un paquebot dans les arbres », Mathilde se souvient des vies brisées, en particulier de celle de sa famille anéantie par la tuberculose, qui fit tant de ravages.
En 1950, dans un petit bourg en bord de la Seine, Paulot le cafetier, Odile la courageuse mère au foyer et leurs 3 enfants semblent vivre en harmonie. C’est sans compter sur l’insouciance du père, tout à sa musique et son ego, il fait valser sa fille ainée et les villageois au bal du samedi soir au son de son harmonica. C’est aussi sans compter sur Odile en adoration pour son mari, qui lui ne comprend rien à sa fille cadette qui l’idolâtre et à son petit Jacques qu’il semble ignorer.
Un jour un cataclysme nommée tuberculose va bousculer de façon irrémédiable le fragile équilibre de la famille. Dans ces années, la tuberculose est un fléau qui terrorise, provoquant un malaise au sein des communautés révélant la peur de la contagion. Les thérapeutiques sont encore hésitantes et parfois barbares, c’est le début des antibiotiques, les soins coûtent chers et la sécurité sociale n’est pas encore au point pour tous. C’est dans ce contexte que Mathilde va se révéler le pilier de la famille, luttant, soutenant, accompagnant, son père, sa mère, son frère dont elle est séparée. Elle ressoude, elle recolle, elle encourage, au détriment de sa santé et des promesses de sa jeune vie, Elle s’épuise physiquement et moralement luttant contre l’intransigeance des services sociaux et les ravages dus à cette terrible maladie contagieuse qui isole et fait de vous des pestiférés.
Intérêt : Très beau roman, belle écriture, bouleversant, c’est un hymne à l’amour filial. Mathilde est tirée poussée par sa quête d’amour pour son père et en butte à toutes les méchancetés et lâchetés du monde envers ceux devenus pauvres et sans intérêts.

PAR AMOUR,

Tong Cuong.

Résumé : Le roman débute le 10 juin 1940 et relate, de manière poignante ce qu’ont vécu les habitants du Havre durant la seconde guerre mondiale, à travers deux familles : d’un côté Emélie et Joffre, concierges dans une école, durs à la tâche et patriotes, et de l’autre Muguette, sœur cadette d’Emélie, insouciante, dont l’époux est prisonnier en Allemagne.
En donnant tour à tour la parole à ses personnages, adultes mais aussi enfants, l’auteure décrit le quotidien d’une population qui subit les attaques, les rationnements, l‘occupation nazie, mais aussi les bombardements allemands et anglais, détruisant la ville et tuant ses occupants.
L’amour et le courage unit ces deux familles, leur permettront-ils de survivre à la peur, la maladie, l’exode des enfants de Muguette vers l’Algérie, la mort omniprésente ?
Intérêt : Un livre magnifique, dense, passionnant, très bien documenté qui s’inspire de personnages et faits réels. Un récit pétri d’humanité. Une solidarité et un amour familial sans mesure !

TROIS SAISONS D’ORAGE

Cécile Coulon

Résumé : André puis son fils Bénédict, médecins, se sont installés aux Fontaines, dans une région bien peu attrayante sous la menace des Trois-Gueules, « forteresse de falaises réputée infranchissable ». Pays loin de tout qui ne vit que par sa carrière de roche très appréciée et d’agriculture. Les mineurs sont des fourmis blanches et tout le monde se resserre autour de ce pays qu’ils protègent de l’extérieur mais qui est aussi le siège de forces plus ou moins maléfiques que l’on craint et subit. André est séparé de son épouse et Agnès, la femme de Bénédict, met au monde une fille Bérangère belle, intelligente et qui s’amourachera de Valère un fils de fermier voisin. Tout semble parfait pour cette famille qui vit dans une superbe et grande maison, si ce n’est qu’Agnès ne peut donner un second enfant à Bénédict. Jusqu’au jour où Bérangère présente son futur à sa famille et qu’Agnès subit le coup de foudre pour le jeune et beau Valère et c’est réciproque. Comment va se poursuivre cette vie de famille dans ce cadre assez étonnant pour lequel André et Bénédict se dépensent sans compter. On sent sourdre une menace.
Intérêt : dans une ambiance lourde de menace permanente de forces naturelles et en même temps de pureté et simplicité de vie dans ce pays isolé, l’auteur nous fait vivre dans un style haché et sec avec une famille où les sentiments sont à la fois simples, forts et terribles. Chaque personnage tient une place essentielle et les rapports entre eux sont magnifiquement décrits dans une très belle écriture où l’on découvre tout le poids de ses racines géographiques. Un très beau roman.

ROMAIN GARY S’EN VA EN GUERRE,

Laurent Seksik

Résumé : Romain Gary ou plutôt Roman Kacew vit dans le ghetto de Wilno en Pologne, en compagnie de sa mère Nina. Elle a perdu son fils aîné Joseph et son mari l’a quitté pour suivre sa maîtresse, Frida. Tout ceci explique la passion dévorante qu’elle voue à son jeune fils. Nina est possessive, fantasque, passe du rire aux larmes, de la colère la plus noire à une douceur de miel. Pour l’heure, elle désire quitter le ghetto pour emmener Roman au pays de ses rêves, la France, « quelle autre nation au monde serait prête à se déchirer pour l’honneur d’un capitaine juif ? », pour se défaire de ses racines juives et par-dessus tout pour « offrir à son fils le meilleur des futurs ». Roman n’arrive pas à faire siens les rêves de sa mère. Il veut être fourreur, comme son père, pour profiter davantage de sa présence, car, malgré les critiques réitérées de sa mère « il n’est jamais parvenu à le détester ». Mais un jour de janvier 1925, il décide de faire l’école buissonnière, de sortir du ghetto « il voulait se fondre dans les rues de la ville, noyer son désespoir d’enfant dans le caniveau ». Il marche sans but précis, fait de mauvaises rencontres, confie au rabbin « que la vie est rude ». Cette errance de 24 heures lui révèle l’inanité du monde, la violence des êtres ; la rue est une meilleure école que celle qu’il fréquente quotidiennement. Brutalement, il songe à rendre visite à son père à l’atelier, espérant son retour à la maison. Ce qu’il va découvrir va bouleverser sa vie…En une journée, il passe de l’enfance à l’âge adulte.
Intérêt : Il nous paraît normal qu’un auteur de talent, tel Romain Gary, qui a imaginé des vies, des destins ait voulu réinventer sa propre vie ; il s’est créé un père en la personne du célèbre acteur russe Ivan Mosjoukine, une paternité plus reluisante que celle du fourreur Arieh. Cet homme torturé mêlera fiction et réalité pour occulter une enfance misérable et l’absence du père. Un livre émouvant qui nous parle, à travers le jeune Roman Kacew, des douleurs de l’enfance, malmenée par une idéologie politique révoltante.

CELLE QUI FUIT, CELLE QUI RESTE

Elena Ferrante

Résumé : Dans ce troisième roman, nous suivons toujours le parcours des deux amies d'enfance Lenù et Lila devenues adultes. Chacune à sa manière va tenter de se libérer de la misère et du déterminisme social du quartier pauvre qui les a vues naître. Lila travaille à l'usine dans des conditions épouvantables et élève son fils auprès d'Enzo l'ami fidèle qui l'a sauvée. Elena poursuit ses études à l'université de Pise, épouse Pietro, un universitaire et s'installe à Florence. Les brigades rouges, les fascistes, les mafieux hantent l'Italie des années1968-1970 avec attentats, terrorisme, luttes prolétariennes, féminisme en toile de fond. Epaulée par sa belle-mère, Elena publie un livre qui est un succès mais elle n'est pas très heureuse dans son nouveau milieu intellectuel et dans son rôle de mère au foyer ; elle participe activement aux réunions féministes tout en continuant à rêver à Nino, son amour d'adolescente. A Naples dont elle ne peut s'éloigner, Lila milite contre le patronat et saisit toutes les occasions qui lui permettent d'apprendre et de dominer les évènements. Poursuivie par Michele Solara qui l’admire elle va finir par se faire embaucher par lui comme directrice de centre informatique. Les liens se distendent entre les deux amies ; elles se téléphonent moins mais la force de Lila manque à Elena qui semble incapable de réaliser son désir d'écrire sans l'approbation de son amie/ennemie.
Intérêt : Nous retrouvons la magnifique fresque de la vie italienne si embrouillée et si vive que sait si bien raconter Elena Ferrante à travers la vie de ses deux personnages favoris. L’opposition des quartiers et familles riches et pauvres de Naples, les combats syndicaux et politiques qui font leur apparition et la suite des vies de Lenu et Lila qui s’emballent avec l’âge et l’affirmation de leurs personnalités.

AINSI RESONNE L’ECHO INFINI DES MONTAGNES,

Khaled Hosseini.

Résumé : Pari est née dans un village très pauvre d’Afghanistan, à une cinquantaine de km de Kaboul. Sa mère est morte à la naissance. Elle est la petite princesse adorée par son père et encore plus par son frère Abdel de 4 ans son ainé qui l’a élevée comme une mère. Quand elle a 3 ans, son père est acculé à la « vendre », aux patrons de son beau-frère (le frère de sa femme) Nabi. Un homme bien, qui est chauffeur-cuisinier d’un couple très riche et sans enfants. Pour tous, sauf son frère Abdel, Pari aura ainsi un bien meilleur avenir.
En fait sa mère adoptive, Nila, superficielle, très libre de mœurs, capricieuse, trop centrée sur elle-même ne sera pas une mère aimante. Par contre Pari va conquérir très vite le cœur de son père adoptif, bien plus âgé, et qui pourtant au départ ne souhaitait pas d’enfant. Mais bientôt un nouveau caprice pousse Nila à quitter son mari, partir à l’étranger avec Pari qui ne se souviendra plus de ses origines.
Le lecteur va suivre toute la vie de Pari de l’Afghanistan, à Paris, puis San Francisco, et de nouveau l’Afghanistan. Une vie avec « un grand manque » qu’elle n’explique pas.
Comprendra-t-elle un jour son histoire, se réconciliera-t-elle avec tous les protagonistes ? les acteurs dispersés par la violence ou la guerre vont-ils se rejoindre ?
Intérêt : Un livre magnifique ! qui nous fait voyager dans diverses cultures avec beaucoup de belles rencontres. Le drame de la violence, de la misère, de la méconnaissance de ses origines et des dégâts que cela entraine. Pas de misérabilisme, un récit positif.

QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE THOMAS KUSAR

Antoine Choplin.

Résumé : Thomas Kusar est jeune cheminot garde-barrière à Trutnov en Tchécoslovaquie lorsqu’un théâtre ambulant vient présenter une pièce dans ce village perdu. C’est un fiasco mais Thomas parle un peu avec un des acteurs nommé Vaclav Havel qui a écrit la pièce. Ils sympathisent vite, Thomas parle peu mais dit ce qu’il pense et sa franchise naïve plait à Vaclav. C’est un homme simple, amoureux de la nature et tout particulièrement des arbres. Ils jouent aux échec et boivent quelques bières dans la brasserie qui emploie Vaclav. Devenu dissident, Vaclav avec quelques amis fidèles à la cause, va entrainer Tomas dans l’aventure. Cela vaut à Thomas d’être suspect et de perdre son emploi. Il suit Vaclav à Prague, s'occupe du jardin, des arbres mais aussi d'autres tâches qui le conduiront, presque par hasard, à participer à la grande Histoire de son pays. On le suit par petites touches sur les dures dix années de lutte contre la dictature communiste qui précèdent l’arrivée au pouvoir de Vaclav.
Intérêt : Ce roman inspiré de l’histoire est profondément humain. On vit la démarche de Havel pour le pouvoir mais d’assez loin, par contre la vie simple des cheminots tchèques et leurs rapports n’est pas sans intérêt surtout quand ils se lient avec l’opposition au régime. Entre la campagne Tchèque et Prague, entre réel et fiction, se construit une amitié forte mais aussi l’histoire d’une révolution de velours menée par des écrivains, incarnation d’une conscience nationale en marche. Un très beau roman.

DANSER AU BORD DE L’ABÎME

Grégoire Delacourt.

Résumé : Emmanuelle, la quarantaine, mène une vie « bien ordonnée » selon ses dires. Mariée depuis 18 ans à Olivier, un mari attentionné et aimant, 3 enfants qu’elle défendrait bec et ongles, une maison confortable, un métier qui lui permet de belles relations, elle possède tous les ingrédients du bonheur. Mais Emma étouffe dans cette petite vie routinière. Elle aspire au vertige, au doux bouleversement des sens.
Tout bascule le jour où, en pénétrant dans la Brasserie André, à l’heure du déjeuner, elle aperçoit un homme attablé, par qui elle se sent irrémédiablement attirée. Chaque jour, à la même heure, elle revient à la Brasserie. Echanges de regards entre cet homme et Emma…Attraction, tentation, désir montent lentement. Désormais, elle sait que cet homme va être au centre de sa vie, de ses pensées. Comme Blanquette, la chèvre de Monsieur Seguin, qui veut goûter une herbe plus verte au sommet de la montagne, respirer les fleurs sauvages, débordant de « sucs capiteux », quitte à perdre la vie, Emma efface les années d’un bonheur serein. Consciente que son départ va détruire sa propre famille, elle se sent sale, laide, mais tout son être est empli du bonheur futur. Ces désirs inconnus, ces sensations nouvelles occultent tout.
Intérêt : Un beau livre sur l’amour, l’abandon, la séparation, le deuil, l’amitié, empli de poésie, d’humour et de tendresse. Un roman troublant, choquant parfois : au nom de l’Amour avec un grand A elle abandonne son foyer, mari et enfants.
Un exercice de style réussi pour l’auteur qui effectue une fine analyse de l’âme féminine et de ses contradictions.

DANS LA FORET

Jean Hegland.

Résumé : Ce roman est une histoire de survie racontée par une jeune fille de 17 ans dans son journal intime. Nell et Eva, deux sœurs de 17 et 18 ans vont devoir abandonner tout ce qu’elles ont appris depuis qu’elles sont nées. Un phénomène mystérieux les entraine dans un retour en arrière, la civilisation qui les a modelées s’est craquelée, délitée, les repères disparaissent les laissant complétement démunies. Il n’y a plus de moyens de communications, plus d’électricité, plus de carburant pour se déplacer, plus d’argent. Ce n’est pas tout, dans ce contexte, elles vont vivre la disparition de leur mère atteinte d’un cancer, la mort brutale de leur père.
Dans un premier temps, ces deux jeunes filles résistent en persistant dans ce quoi elles rêvaient,
Nell devait rentrer à Harvard, elle continue à étudier en apprenant l’encyclopédie, Eva se destinait à être une étoile de la danse, elle continue à danser sans musique.
Nell et Eva vivent à l’orée d’une forêt, où les séquoias millénaires ont fixé leurs racines profondément, où vivent des ours et des sangliers, complètement isolées. Seulement des dangers et des peurs les traquent et les assaillent.
Pour continuer à vivre il faut manger, se chauffer, se protéger, gérer ce grand vide qui les habite. Ce n’est pas tout, le huis clos qu’elles vivent, les restrictions imposées par le manque de tout, la peur du lendemain, perturbent dangereusement leur entente et leur équilibre. Nell et Eva vont faire preuve d’ingéniosité et de courage. Elles investissent la forêt, découvrant les ressources proposées par la terre, les arbres, les racines, les plantes, les souches de séquoias, en même temps qu’elles font émerger d’elles même ce potentiel de vie transmis par l’amour de leurs parents et leur éducation.
Intérêt : Ce livre passionnant, percutant interroge le lecteur sur la consommation, l’avenir de la planète, le manque de tout et le renouveau possible.

LE NOEL DU COMMISSAIRE RICCIARDI

Maurizio de Giovanni.

Résumé : à Naples en 1931 sous Mussolini et ses milices, le commissaire et son inséparable adjoint Maioni enquêtent sur un double meurtre d’un officier de la milice portuaire et de sa femme quelques jours avant Noël. On découvre que l’officier véreux en question a dénoncé faussement un collègue de racket qui l’a envoyé en prison et fait se suicider son épouse. Suspect évidemment le commissaire n’est pourtant pas convaincu et enquête auprès des pécheurs couramment rackettés par des miliciens. S’agit-il d’un nouveau crime comme tant d’autres dans la ville, pourtant rien n’a été volé. Et pourquoi la figurine de St Joseph de la somptueuse crèche trouvée dans l’appartement a-t-elle été brisée ? Son adjoint dont le fils a été assassiné, apprend que le meurtrier n’est pas celui qui a été condamné mais son petit frère qui vit paisiblement en famille. Doit-il suivre le code d’honneur habituel qui crie vengeance ou se laisser aller à sa mansuétude et bonté naturelles ? L’enquête piétine jusqu’au moment où le commissaire change son regard sur les évènements et l’interprétation des derniers mots des morts que son étrange pouvoir lui fait entendre.
Intérêt : thriller lent, entrecoupé de nombreuses digressions sur la vie de Naples et de ses quartiers pauvres en général, ainsi que sur les amours du commissaire et les états d’âme de son adjoint. Mais on vit pleinement cette atmosphère spéciale d’avant Noël de cette ville si vivante et agitée et si attachée à ses crèches traditionnelles et ses spécialités culinaires. On ne s’ennuie pas et le dénouement est inattendu.

JE M’APPELLE NATHAN LUCIUS

Mark Winkler.

Résumé : Nathan pense être un homme ordinaire, même s’il dort la lumière allumée, collectionne de vielles photos avec lesquelles il s’invente toute une famille, ne se souviens pas de sa vie antérieure, a horreur du changement et a un comportement très bizarre avec les femmes ! Il vit au Cap en Afrique du sud et travaille dans une agence de publicité. Il a une amie Madge, antiquaire, à qui il achète des photos. Plus âgée que lui, elle est atteinte d’un cancer irrémédiable et le supplie depuis quelque temps de l’aider à mourir. Il entretient avec sa voisine une liaison assez sordide. Il est soutenu par Sonia, chef de son agence. Il aime vraiment Madge, au point de répondre à sa demande d’euthanasie. Peu de temps après, sa voisine et une femme agent de police par laquelle il a été interrogé disparaissent. Crimes non élucidés. Un soir il agresse Sonia… Elle est sauvée in extremis, mais c’est pour cette tentative d’assassinat qu’il est interné dans un asile psychiatrique. La police le soupçonne dans les trois autres meurtres, mais il reste muet. De quoi en fait est-il coupable ? S’il l’est qu’est-ce qui peut avoir amené cet homme discret et gentil à commettre de telles horreurs ?
Intérêt : Un livre dur, qui met mal à l’aise parfois jusqu’à l’insoutenable, il fait entrer le lecteur dans le monde de la folie et de l’asile psychiatrique. Une description probablement très réaliste des conditions de vie et aussi du ressenti et de la logique de ces malades. Mais pourquoi autant de vulgarité et de sordide souvent gratuit, notamment dans la première partie de l’ouvrage ?

LA VALSE DES ARBRES ET DU CIEL

Jean-Michel Guenassia.

Résumé : En 1890, Marguerite Gachet est une jeune fille de 17 ans élevée par son père médecin, veuf, qui se veut résolument moderne, elle obtient son baccalauréat et rêve de partir en Amérique. Elle vit très mal les contraintes imposées aux femmes de son époque, se réfugie dans le dessin et la peinture mais ressent avec acuité son manque de créativité, d'autant plus que son père s'intéresse beaucoup aux peintres impressionnistes. A la demande de Pissaro, il accepte de recevoir Vincent Van Gogh qui souffre de troubles psychiatriques. C’est alors le coup de foudre et Marguerite ne vit plus que pour Vincent, en cachette de tous. Elle suit le peintre et admire son œuvre et veut même recevoir son enseignement. Vincent refuse toute contrainte mais accepte l’amour de Marguerite tant que cela ne le gêne pas dans son travail acharné. Jusqu’au jour où son petit frère vend la mèche et alors c’est l’enfermement violent et la séparation brutale. En s'enfuyant de chez, elle retrouve son amant qui la repousse sans ménagement. La dispute tourne alors au drame.
Intérêt : Même si le récit est plus centré sur l’évolution de Marguerite que sur celle du peintre, nous suivons cependant la vie de Vincent pendant les 70 jours passés à Auvers sur Oise au cours desquels il peindra 75 tableaux parmi ses plus fameux. Ce récit situé dans le contexte historique, sociétal et artistique de l'époque contredit les assertions courantes sur la mort de Van Gogh et rend hommage au génie de l’artiste.

TA DEUXIEME VIE COMMENCE LORSQUE TU COMPRENDS QUE TU N'EN AS QU’UNE

Raphaëlle Giordano.

Résumé : Camille, 38 ans semble avoir tout pour être heureuse. Pourtant, elle a l'impression que sa vie lui glisse entre les doigts. Un soir de pluie, elle tombe en panne de voiture dans un endroit désert. Elle va chercher de l'aide dans une maison habitée par un couple d'un certain âge. Elle s'effondre, en larmes. L'homme, Claude, se présente comme routinologue et lui propose un accompagnement qui lui permettra de retrouver le chemin de ses désirs profonds.
Intérêt : Facile à lire. C'est plus un catalogue de recettes de coach qu'un roman. L'auteur, coach elle-même, semble avoir développé ici sa méthode dans l'air du temps (pleine conscience, méditation, bien-être, développement personnel, ancrage, etc.)

Autres comités de lecture

Haut de page                                              Nouveautés                                    ACCUEIL